Internement à l'asile de Blois (41)

Publié le par Véronique

Journal "l'Avenir" 19 octobre 1913 

AD 41 - 20 PER 1913/2

1913.19.10-un-drame----saint-Arnoult.jpg



A Blois (41), depuis 1861, le service destiné à l'internement des malades mentaux était implanté dans un vaste ensemble hospitalier ressemblant à une sorte de ferme agricole modèle, dans un domaine au nord de la ville, sur le site d'une maladrerie fondée en 1126 par Thibaut, Comte de Blois.
Cet "Hospice Lumier" fut désaffecté en 1940 et l'espace occupé est alors devenu l'actuel lycée Augustin Thierry.

Petit rappel historique :

La loi du 30 juin 1838 est une loi promulguée sous le règne du roi Louis-Philippe, dite "Loi des aliénés", qui traitait des institutions et de la prise en charge des malades mentaux.
http://www.ch-charcot56.fr/textes/l1838-7443.htm

Avant 1838, n'importe qui pouvait faire hospitaliser quelqu'un d'autre, ce qui constituait un sérieux problème, en raison d'abus : certaines personnes, sur invocation du prétexte de folie, étaient ainsi envoyées à l'asile, et leurs biens étaient récupérés par la famille ou les proches. 
D'autres part, les conditions d'internement étaient mal définies et de nombreux internés vivaient encore dans des conditions misérables.

Cette loi permit trois grands apports à la psychiatrie française et au traitement des malades :

  • Institution d'un établissement psychiatrique par département.
  • Meilleures conditions d'internement des malades
  • Notion de placement volontaire et de placement d'office


La loi a été effective jusqu'au vote de la loi du 27 juin 1990, "relative aux droits et à la protection des personnes hospitalisées en raison de troubles mentaux et à leurs conditions d'hospitalisation".
http://www.ch-charcot56.fr/textes/l90-527.htm

Publié dans Histoires et anecdotes

Commenter cet article

Jean-Philippe 15/07/2007 12:55

Chère belle-cousine,

Merci pour ce blog très agréable.

Il faut être prudent sur la loi de 1838, qui a permis de faire interner un "cousin" à moi pendant 48 ans, parce que son père s'était opposé à son mariage! Un des scandales du XIXème siècle. Si l'histoire de Jean Mistral, dit Le Fou aux Cent Millions, vous intéresse, vous pouvez en voir un résumé sur mon site:
http://jeanphilippe0.chez-alice.fr/genea/famille/docs/jeanlefou.htm

Amicalement